Fragment 520838

PREVIOUS

NEXT

which deceived Julius Cæsar on his return from the Gauls.

Original French:  lequel trompa Iule Cæſar venent es Gaules.

Modern French:  lequel trompa Jule Caesar venent es Gaules.


tromper

To cousen, deceive, beguile, delude, circumvent, cheat, overreach.

Randle Cotgrave [–1634?]
A Dictionarie of the French and English Tongue
London: Adam Islip, 1611
PBM

Jule César &c.

Ceci est pris de Vitruve, l. 2 chap 9 d’où l’avoit tiré, avant Rabelais, Cælius Rhodiginus, l. 10 chap. 10 de ses Anciennes leçons, cité par Du Chêne l. 1 chap. 46 de ses Antiquitiez des Villes de France. Philander, dan ses Remarques sur cet endroit de Vitruve, pag. 52 de l’édition of Venise 1557 dit qu’étant à Venise il voulut voir si en effet le malése, suppose que ce soit le larix de Vitruve, ne se consumeroit pas au feu, mais que le prétendu larix ne laissa pas de brûler, quoi que poururtant ce bois semblât dédaigner la flamme & la vouloir écarter. Sur quoi M. Le Clerc, qui a de vrai larix incombustible, prétend à l’art. 2 du T. XII de sa Bibliothéque choisie, que donc la melése de Philander n’etoit pas de vrai larix. Je le crois aussi, mais du moins est-il sûr, par ce qui précéde dans Rabelais, que nôtre Auteur prenoit lui même la melése pour le larix ou bois incombustible de Vitruve. Du rest, le vrai larix n’est pas inconnu au Curieux de Rome, & tel d’entre eux en a envoié de nos jours en Hollande, où on le garde.

François Rabelais [ca. 1483–1553]
Œuvres de Maitre François Rabelais
p. 270
Jacob Le Duchat [1658–1735], editor
Amsterdam: Henri Bordesius, 1711
Google Books

Jule Cæsar

Cici est pris de Vitruve, Liv. II chap. 9. Philander dans ses Remarques sur cet endroit de Vitruve, dit qu’étant à Venise, il voulut voir si en effet la Melese, suposé que ce soit le Larix de Vitruve, ne se consumeroit pas au feu: mais qye le prétenduy Larix ne naissa pas de brûler, quoique pourtant la flamme eût peine à l’entamer, & s’en fût d’abord écartée. Sur quoi M. le Clerc, qui avoit du vrai Larix incombustible, prétend à l’art. 2. T. XII. de sa Bibl. choisie, que la Melese de Philander n’étoit donc pas le vrai Larix. Du reste le vrai Larix n’est pas inconnu aux Curieux de Rome, & l’on trouve même dans quelques Cabinets de Hollande. M. le Duchat.

François Rabelais [ca. 1483–1553]
Le Rabelais moderne, ou les Œuvres de Rabelais mises à la portée de la plupart des lecteurs
p. 171
François-Marie de Marsy [1714-1763], editor
Amsterdam: J.-F. Bernard, 1752
Google Books

Iule Cesar

Voy,. Vitruve, l. X, ch IX.

François Rabelais [ca. 1483–1553]
Œuvres de F. Rabelais
p 313
L. Jacob (pseud. of Paul Lacroix) [1806–1884], editor
Paris: Charpentier, 1840

Jule Cæsar

Cette anecdote est rapportée par Vitruve, II, 9. Rabelais pouvait la lire encore dans Cœlius Rhodiginus, Antiq. lect., X. 10. Brantome la reproduira, Dames gal., IV. (Plattard)

François Rabelais [ca. 1483–1553]
Oeuvres. Tome Cinquieme: Tiers Livre
p. 375
Abel Lefranc [1863-1952], editor
Paris: Librairie Ancienne Honoré Champion, 1931
Archive.org

lequel trompa Iule Caesar venent es Gaules.

Anecdote très connu (voir Vitruve, Architecture, II, ix; Caelius Rhodinginus, Antiquae lectiones, X, x); voir Tiers livre, éd. Lefranc, n. 38, p. 375.

François Rabelais [ca. 1483–1553]
Œuvres complètes
p. 511, n. 12
Mireille Huchon, editor
Paris: Gallimard, 1994

Jule Cæsar venent es Gaules

Cette histoire, due à Vitruve, II, IX, est brièvement rappelée par Cœlius Rhodiginus, Antiquae Lectiones, X, 10, chapitre déjà largement utilisé. L’incombustibilité du mélèze (larix) fut «constatée, dit-il, au grand étonnement de César à Larignum, citadelle située sur les rives du Pô et qui doit son mon à l’abondance de cet arbre, quand une tour fortifiée résista sans dommage aux flammes».

François Rabelais [ca. 1483–1553]
Le Tiers Livre
p. 472
Jean Céard, editor
Librarie Général Français, 1995

Gaul

Gaul [formed on Gaul (the name of the country), adopted from French Gaule, an adoption (phonologically obscure) of Latin Gallia, formed on Gall-us a Gaul.]

An inhabitant of ancient Gaul; also, in a more restricted sense, an individual of the `Gallic’ people or race, as distinguished from other peoples inhabiting Gaul. Used poet. and humorously for a Frenchman (compare the similar use of Gaul for `France’, Gallic for `French’).


PREVIOUS

NEXT

Posted 25 January 2013. Modified 13 February 2016.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *