Hemp not to be mentioned

That the Catholic church proscribed the mention of cannabis

Some modern pantagruelists, wondering why Rabelais never mentions cannabis directly[1], though he bestows such praise upon Pantagruelion, conjecture that the church proscribed the mention of the herb.


1. Demonet, Mare-Luce, “Littérature de la Renaissance et informatique. Sur les Électro-chroniques de Rabelais.” In Smith, Paul J., Editer et traduire Rabelais à travers les âges. Amsterdam: Rodopi, 1997. Google Books


Notes

Examples of the word chanvre

Français 5294 (cote) • Anc. 9832(3.3) • Colbert 1255 • Ordonnances concernant la ville de Paris du XIIIe au XVe siècle. Copies.
foliotation : Fol. 130-172 8 « Extrait d’un petit livre estant en l’ostel de la ville en grève ».
Sous cette rubrique est un extrait du Livre des Métiers d’ÉTIENNE BOILEAU, extrait qui comprend une table des titres ou sujets traités dans ce livre, table qui remplit quatre pages (fol. 130 v° à 132 r°) et 44 titres empruntés à la première partie ou à la seconde partie dudit livre, disposés dans un ordre différent de celui du Livre des Métiers, ainsi qu’on peut en juger par l’énumération suivante :
foliotation : Fol. 160
« Du tonlieu du fille et de chanvre que l’en vend à Paris ». (Titre XXIX de la 2e partie).
« Du tonlieu et du hallage de lin et de chanvre ». (Titre XXXII de la 2e partie).
[tonlieu: A feudal tax paid by stallholders at a fair or market]

Boileau, Étienne (1200–1270), Livre des métiers. Paris: ca. 1268. Bibliothèque National de France archives et manuscrits

Examples of the word chanvre

oiseaux pris dans le chanvre
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
F. 1-54. Isopet II de Paris [traduction anonyme du Novus Aesopus d’Alexandre Neckam]. XIVe s. (2e quart)
« Ci commencent les fables Ysopet et les moralités qui sont dessus (rubr.) ». « Qui cest livre vodra entendre …-…Pour moi et pour ma mere. / Requies sit eis. Amen ». « Expliciunt les fables Yzopet et les moralitez dessus ».
f. 20v : oiseaux pris dans le chanvre
F. 20v-22. « Comment l’aronde requist aus oisiaus / Qu’il mangassent chanvre que .I. vilain semoit (rubr.) ».

Isopet II de Paris [traduction anonyme du Novus Aesopus d’Alexandre Neckam]. Manuscrit, 1330-1350. f. 20v. Gallica

chanvre

CHANVRE. s, m. [Étym. Du lat. cannabem, m. s. devenu chaneve, chanve, §§ 379, 290 et 291, chanvre, § 361. (Cf. canevas.) Une forme lat. secondaire, canabem, a donné primitivement *chieneve, d’où chènevière, chènevis. (V. ces mots.) Le mot est fém. en lat, et ce genre, employé par LA. F., est resté dans plusieurs patois; mas le lat. a aussi la forme plus rare cannabum, masc., d’où le genre actuel, attesté dès les XIIIe s.]

Plante herbacée dont la graine est connue sous le nom de chènevis (V. ce mot) et dont la tige fournit des filaments qui servent à faire le fil, la toile, etc.

CHÈNEVIÈRE [Ètym. Dérivé de cheneve, forme franç, très ancienne de chanvre, § 115. 1226.] Terrain où l’on a semé du chanvre.

CHÈNEVIS XIIIe Graine de chanvre, dont se nourrissent les petits oiseaux. Huile de chenevis.

CHÈNEVOTTE XVe S. Partie ligneuse d’une tige de chanvre dont on a separé la partie filamenteuse, et qui sert dans les campagnes à chauffe les fours, à faire des allumettes.

CHÈNEVOTTER 1762. (Agricult.) Pousser en tiges grêles, minces comme la chènevotte.

Hatzfeld, Adolphe (1824-1900), Dictionnaire général de la langue Française du commencement du XVIIe siècle à nos jours. Tome Premier (A–F). Arsène Darmesteter, author. Paris: Librairie Ch. Delagrave, 1926. Gallica

Canapus

Canapus

Schöffer, Peter (ca. 1425–ca. 1502.), [R]ogatu plurimo[rum] inopu[m] num[m]o[rum] egentiu[m] appotecas refuta[n]tiu[m] occasione illa, q[uia] necessaria ibide[m] ad corp[us] egru[m] specta[n]tia su[n]t cara simplicia et composita. Mainz: 1484. plate 48. Botanicus

Malleus Maleficarum

The Malleus Maleficarum (commonly rendered into English as Hammer of [the] Witches; Der Hexenhammer in German) is a treatise on the prosecution of witches, written in 1486 by Heinrich Kramer, a German Catholic clergyman. The book was first published in Speyer, Germany, in 1487. Jacob Sprenger is also often attributed as an author, but some scholars now believe that he became associated with the Malleus Maleficarum largely as a result of Kramer’s wish to lend his book as much official authority as possible. In 1490, three years after its publication, the Catholic Church condemned the Malleus Maleficarum, although it was later used by royal courts during the Renaissance, and contributed to the increasingly brutal prosecution of witchcraft during the 16th and 17th centuries.
Magic, sorcery, and witchcraft had long been condemned by the Church, whose attitude towards witchcraft was explained in the canon Episcopi written in about 900 AD. It stated that witchcraft and magic did not really exist, and that those who believed in such things “had been seduced by the Devil in dreams and visions into old pagan errors”. Until about 1400 it was rare for anyone to be accused of witchcraft, but heresies had become a major problem within the Church by the 13th century, and by the 15th century belief in witches was widely accepted in European society. Those convicted of witchcraft typically suffered penalties no more harsh than public penances such as a day in the stocks, but their persecution became more brutal following the publication of the Malleus Maleficarum, as witchcraft became increasingly accepted as a real and dangerous phenomenon.
In 1484 Heinrich Kramer had made one of the first attempts at prosecuting alleged witches in the Tyrol region. It was not a success: he was expelled from the city of Innsbruck and dismissed by the local bishop as a “senile old man”. Kramer was opposed by the local clergy partly because of his eccentric behavior (as the Bishop of Innsbruck’s verdict indicates), and partly because he didn’t hold any official position as an Inquisitor despite his efforts to make himself into one. According to Diarmaid MacCulloch, writing the book was Kramer’s act of self-justification and revenge.Some scholars have suggested that following the failed efforts in Tyrol, Kramer and Jacob Sprenger (also known as Jacob or Jakob Sprenger) requested and received a papal bull Summis desiderantes affectibus in 1484. It allegedly gave full papal approval for the Inquisition to prosecute what was deemed to be witchcraft in general and for Kramer and Sprenger specifically.[ Malleus Maleficarum was written in 1486 and the papal bull was included as part of the preface.]
The preface also includes an approbation from the University of Cologne’s Faculty of Theology. The authenticity of the Cologne endorsement was first questioned by Joseph Hansen but has not been universally questioned. Nevertheless, it is well established by sources outside the “Malleus” that the university’s theology faculty as a whole condemned the book for unethical procedures and for contradicting Catholic theology on a number of important points. Hence the Malleus‘ claims about an endorsement from the same faculty is at best a misleading approval granted by only a small percentage of the faculty, and at worst a complete forgery. Scholarly opinion is divided on the latter point, but there is general agreement that even if it were genuine it was misrepresented by Kramer, as was the copy of Summis desiderantes whose inclusion implies a Papal endorsement of the “Malleus” although “Summis desiderantes” had been issued before the “Malleus” was written. The Malleus Maleficarum drew on earlier sources such as Johannes Nider’s treatise Formicarius, written 1435/37.
In 1490, only three years after it was published, the Catholic Church condemned the Malleus Maleficarum as false.

Wikipedia. Wikipedia

Canapis

Canapis

Ortus sanitatis. Mainz, Germany: Jacob Meydenbach, 1491. 39v. University of Cambridge Digital Library

Canapis (text)

Canapis (text)

Ortus sanitatis. Mainz, Germany: Jacob Meydenbach, 1491. 39v. University of Cambridge Digital Library

Examples of the word chanvre

Titre(s) : [Fig. folio xlvi : histoire naturelle des plantes. Le canabis ou chanvre.] [Cet ouvrage reprend les planches de l’Hortus Sanitatis de Strasbourg, de 1498]

Cuba, Joanne de (14??-1504?), Le Jardin de santé. Paris: Antoine Vérard, 1501. Bibliothèque National de France

Chanure

du Chanure, Cannabis.
Chanure rouy, Cannabis fluuiata.
Corde faicte de chanure, Funis cannabinus.
Chanuriere, pour lieu semé de chanure, autrement Cheneuiere.

Nicot, Jean (1530–1600), Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne. Paris: David Douceur, 1606. Gallica

Examples of the word chanvre

Gallica Français 5503 (cote) • Anc. 9901(10) • Colbert 2949

Recueil d’actes de Louis XII, François Ier, Henri II, dauphin, etc. Copies dépourvues le plus souvent des noms et des dates donnés par les originaux, ce recueil ayant été formé par un secrétaire du roi, « Clausse », dont la signature est à la fin dudit recueil, pour lui servir de formulaire. On ne signalera ici que les actes dont la copie présente quelque intérêt par les noms des personnes objets de ces actes.

2 Actes de FRANÇOIS Ier.
foliotation : Fol. 50-51
v Le roi déclare qu’il a permis au « frère Claude d’Anssienville [d. 1550], chevalier de S. Jehan de Jherusalem, commandeur d’Auxerre », capitaine de « la nef appellée la Grant Maistresse », de prendre et lever ès pays de Dauphiné et Provence « tout le boys, fer, cordaige, chanvre, estouppes et aultres choses qui sont necessaires pour rabiller, garnir et munir lad. nef ».

[cf. Guérout, La Grande Maîtresse]

Actes de François Ier. Gallica Français 5503 (cote). Fol. 50-51. Bibliothèque National de France

Exampes of the word chanvre

p 28. Il est probable que la Grande Maîtresse a subi un radoub, peut-être entre la fin 1529 et 1531. Le carénage précédent a eu lieu en 1525 et Jerôme Doria fait état d’une périodicité de quatre ans pour les carénages. Un document mon daté de la Bibliothèque Impériale de Vienne confirme l’opération: «Lettres permettant à frère Claude d’Ancienville, chevalier de Sant-Jean de Jerusalem, commandeur a’Auxerre, capitaine de la nef la Grande-Maîtresse, d’acheter en Dauphiné et en Provence les bois et cordages nécessaires au radoub de ladite nef, et de les faire mener à Marseille par l’Isère, le Rhône et la Durance sans payer de droits.»

p. 10. Ce fut une grande perte, car cette nef étrait grosse comme une caraque, bien garnie en artillerie au point qu’il n’existait pas à Gênes de semblable caraque.

Le nom de Grande Maîtresse, ou plus préciseément cette appellation, indique que le bâtiment appartenait, ou, plus exactement, avait appartenu, au Grand Maître de France. Il est mentionnée pour des opérations que se déroulent en Méditerranée en 1520, 1525, 1526, 1528 et 1529.

Les inventaires effectués au moment de la vente montrent que la nef était équipée d’une puissante artillerie de bronze, dont plusieurs pièces sont ornées de la salamandre, par exemple: Plus troys couleuvrines bastardes à la samalandre, poysans iii milliers ou environ chacun… Plus deux coulouvrines moyeners à la salamandre, pesans chacune xii quintaulx ou environ.

p. 172. Ancienville, Claude d’ — seigneur de Villiers. Chevalier et commandeur de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem, fils de Claude d’Ancienville et d’Andrée de Saint-Benôit, frère d’Antoine et de Jacques d’Ancienville.

Il quitte Rhodes assiégée à bord de son brigantin le 18 juin 1522, apportant à François Ier un message du grand-maitre Villiers de l’Isle Adam qui demande des secours d’urgence.…. En juillet 1527, il est commandant de la Grand Maîtress, qui est à Toulon…. En 1530, des lettres royales l’autorisent à acheter en Dauphiné et en Provence les bois et cordages nécessaires au radoub de la nef et de les faire mener à Marseille.

p. 175. Ancienville, Jacques d’, seigneur de Révillon. Il reçoit, en juin 1537, la permission de faire conduire de Lyon à Marseille sans payer aucun droit de travers, péage et autres, pour l’armement des galères dont il a la charge, 250 quintaux de fer… 500 quintaux de cordages or chanvre….

[Historiquement, le quintal équivalait généralement à 100 livres. Le quintal français ancien valait 100 livres anciennes, donc environ 48,951 kilogrammes. Il faut toutefois noter que le quintal était encore utilisé au début des années 1960 à Strasbourg (67) pour mesurer 50 kg de charbon acheté en sacs.

Les poids de marc constituent un système d’unités de masse utilisé depuis le milieu du xive siècle et sous l’Ancien Régime français. Les poids de marc moyens sont organisés par la pile dite de Charlemagne, un ensemble de pierres de balance en godets s’empilant l’une dans l’autre d’un poids total de 50 marcs, soit environ 12¼ kilogrammes.

La livre des poids de marc ou livre de Troyes, attestée depuis le début du xiiie siècle, valut dans tout le royaume à partir de 1266. La livre de Troyes est en principe douze dixièmes de la livre carolingienne. Cette dernière fut instaurée en 793 par Charlemagne.]

Guérout, Max, La Grande Maîtresse, nef de François Ier. Recherches et documents d’archives. Bernard Liou, author. Paris: Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001. Google Books

Cannabis

Cannabis
Entry for Cannabis

Ruel, Jean, De medicinali materia, libri sex [Dioscorides]. Lugduni (Lyon): Theobeldum Paganum, 1547. p. 298. Internet Archive

chanvre

chanvre
du Chanvre, Cannabis.
Chanvre rouy, Cannabis fluuiata.
Corde faicte de chanvre, Funis cannabinus.

chanvriere
Chanvriere, pour lieu semé de chanvre, autrement Cheneviere.

Nicot, Jean (1530–1600), Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne. Paris: David Douceur, 1606. Gallica

chanure

Chanure: m. Hempe.

Cotgrave, Randle (–1634?), A Dictionarie of the French and English Tongue. London: Adam Islip, 1611. PBM

chanvre

CHANVRE. s. m. Plante qui porte le chenevis, & de l’escorce de laquelle on fait de la filace. Chanvre femelle. chanvre masle. cueillir du chanvre. faire roüir le chanvre.
Il signifie plus particulierement, L’ escorce de cette plante. De beau chanvre. tiller, broyer le chanvre. fil de chanvre. toile de chanvre.

Dictionnaire de L’Académie française (1st Edition). 1694. Dictionnaire vivant de la langue français

chanvre

Plante dioïque qui porte le chènevis, et de laquelle on tire une filasse abondante. Cueillir, faire rouir, tiller ou teiller, broyer le chanvre. La filasse du chanvre. Fil, toile, corde de chanvre. Fig. Cravate de chanvre, la corde qui sert à pendre un homme. Il mérite une bonne cravate de chanvre. On lui passera au cou une cravate de chanvre.

La Fontaine a fait chanvre du féminin : Il arriva qu’au temps que la chanvre se sème, Fabl. I, 8. Le genre de ce mot a été longtemps incertain ; plusieurs provinces le font encore féminin.

Berry, chanbe, s. f. et la chanvre, et aussi la charbe ; norm. cambre ; picard, canve, s. f. ; wallon, chène ; anc. wallon, chaisne, chainne ; rouchi, kame, kéme ; Saintonge, charve ; provenç. cambre, carbe, cambe, et aussi canebe, canep ; catal. canam ; espagn. cáñamo ; portug. cánhamo ; ital. cánapa ; du latin cannabis et cannabus. Les formes cavene en ancien français et canebe en provençal supposent une faute d’accent dans quelques contrées romanes où l’on disait cannábis au lieu de cánnabis.

Littré, Émile (1801–1881), Dictionnaire de la langue française. Paris: Hachette, 1872-1877. Dictionnaire vivant de la langue française

pantagruélion

Nom plaisant donné par Rabelais au chanvre, parce que, Pantagruel représentant un roi de France, probablement Henri Il, et la corde de chanvre servant à pendre, le pantagruélion figurait un droit régalien.

Littré, Émile (1801–1881), Dictionnaire de la langue française. Paris: Hachette, 1872-1877. Dictionnaire vivant de la langue française

chanvre

“Chanvre” not found in Dixon’s concordance [in the online version which is missing the page it would be on].

Dixon, J. E. G., Concordance des Oeuvres de François Rabelais. Genève: Droz, 1992. Google Books

Chanvre in Rabelais

Par example, use recherche sir les occurrences de “chanvre” et de “lin” necessitée par l’étude du pantagruélion dans le Tiers Livre a permis de faire les constats suivante:
1. le mot chanvre ne figure jamais dans le corpus — sauf sous la forme “chènevis” dans un autre contexte — alors u’il s’agit bin de ui sur le plan de la référence.
2. la recherche dans l’ensemble de la base (traitée également par Hyperbase) a permis de trouver chez Louis Le Roy (1575), à côté de lin et dans une liste botanique, ne forme chembre qui n’aurait pas paru en relation avec la plante en l’absence de contexte. À partir de là, il faut naturellement rechercher toutes les graphies chembre/chambre dans les autres corpus.

Demonet, Mare-Luce, “Littérature de la Renaissance et informatique. Sur les Électro-chroniques de Rabelais.” In Smith, Paul J., Editer et traduire Rabelais à travers les âges. Amsterdam: Rodopi, 1997. Google Books

chanvre

CHANVRE
A.− Plante dicotylédone de la famille des Cannabinées, cultivée dans les régions tempérées pour ses fibres textiles.

SYNT. Chanvre d’eau, chanvre sauvage; essence, extrait, huile, vapeur de chanvre; broyer, cueillir, tiller ou teiller le chanvre.
Matière textile fournie par le chanvre et préparée par rouissage et teillage :

Dans mon allée habite un cordier patriarche,
Vieux qui fait bruyamment tourner sa roue, et marche
À reculons, son chanvre autour des reins tordu.
 —Hugo, Les Contemplations, t. 2, 1856, p. 25.

Cravate de chanvre. Cf. cravate.

B.− En partic. Chanvre indien. Chanvre cultivé dans les régions chaudes et dont les fleurs sont utilisées pour préparer le hachisch. 

le chanvre avec lequel on fait la pâte de hachich était cette même herbe qui, au dire d’Hippocrate, communiquait aux animaux une sorte de rage et les portait à se précipiter dans la mer. —Nerval, Voyage en Orient, t. 2, 1851, p. 186.

Étymol. et Hist. 

1089 chenvre « plante textile » (Cart. Noy., 213 ds Bambeck, p. 122);
1172-75 chanve (Chr. de Troyes, Chevalier Charrette, éd. W. Foerster, 5552);
1268-71 chanvre (E. Boileau, Métiers, 148 ds T.-L.);
1690 (Fur. : Chanvre, signifie aussi simplement, la filace et le fil. Il a vendu tant de chanvre, de la toile de chanvre). D’une forme altérée du lat. class. cannabis, fém., lui-même empr. au gr. κ α ́ ν ν α ϐ ι ς; comme en gr. et en lat. le mot présente en lat. médiév. des formes des deux genres : canava (Capit. reg. Franc., 32, 62 ds Mittellat. W. s.v., 171, 2), canapus (Oribase ds André Bot.) d’où l’hésitation sur le genre ds T.-L., Godefroy. Compl.,cependant on ne relève pas le masc. av. le xvies. ds Godefroy. Compl.; le seul masc. relevé en 1270 étant d’orig. picarde; le fém. est encore attesté par La Fontaine (ds Littré) et est demeuré dans de nombreux dialectes (FEW t. 2, p. 213b). 

1. Chanvreur<, subst. masc. Ouvrier qui travaille le chanvre. 

Ce qui achevait de me troubler la cervelle, c’étaient les contes de la veillée lorsque les chanvreurs venaient broyer 
—G. Sand, Histoire de ma vie,t. 3, 1855, p. 45

2. Chanvrier, ière, adj.,subst. Celui, celle qui prépare le chanvre. Emploi adj. Relatif à l’industrie du chanvre. − fém.  1resattest. 1680 (Rich.); 1826 (Mozin-Biber t. 1)

3. Chanvrière, subst. fém.Terre où l’on cultive le chanvre. Se dit parfois pour chènevière. − Les dict. indiquent que chènevière est plus usité.− 1reattest. 1429 (Trésor des Chartes du Comté de Rethel, III, 93, 28 ds Morlet 1969).


Chènevière

Une chènevière est un champ de chanvre, un terrain semé de chènevis. Du chanvre, on tire la filasse qui sert à fabriquer du tissu.
Dans le Nivernais, la chènevière est généralement de dimensions réduites (autour de 200 m2) et est situé près des maisons. En effet, cette culture nécessite des soins quotidiens et une surveillance constante (les oiseaux sont très friands de chènevis, la graine du chanvre).
De nombreux synomymes régionaux ou locaux existent pour désigner une chènevière. En Provence, par exemple, elle est appelée canebière.

Wikipédia (Fr.). Wikipédia

Examples of the word chanvre

Chènevière appears in a number of place names, personal names, and structures throughout France.

Wikipédia (Fr.). Wikipédia

Posted 6 March 2014. Modified 22 June 2017.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *