Chanvre

chanvre

Examples of the words cannabis and chanvre in French works of the Renaissance and earlier.


Notes

1268. Ordonnances concernant la ville de Paris du XIIIe au XVe siècle

Français 5294 (cote) • Anc. 9832(3.3) • Colbert 1255 • Ordonnances concernant la ville de Paris du XIIIe au XVe siècle. Copies.
foliotation : Fol. 130-172 8 « Extrait d’un petit livre estant en l’ostel de la ville en grève ».
Sous cette rubrique est un extrait du Livre des Métiers d’ÉTIENNE BOILEAU, extrait qui comprend une table des titres ou sujets traités dans ce livre, table qui remplit quatre pages (fol. 130 v° à 132 r°) et 44 titres empruntés à la première partie ou à la seconde partie dudit livre, disposés dans un ordre différent de celui du Livre des Métiers, ainsi qu’on peut en juger par l’énumération suivante :
foliotation : Fol. 160
« Du tonlieu du fille et de chanvre que l’en vend à Paris ». (Titre XXIX de la 2e partie).
« Du tonlieu et du hallage de lin et de chanvre ». (Titre XXXII de la 2e partie).
[tonlieu: A feudal tax paid by stallholders at a fair or market]

Boileau, Étienne (1200–1270), Livre des métiers. Paris: ca. 1268. Bibliothèque National de France archives et manuscrits

1300

CHANVRE. s, m. [Étym. Du lat. cannabem, m. s. devenu chaneve, chanve, §§ 379, 290 et 291, chanvre, § 361. (Cf. canevas.) Une forme lat. secondaire, canabem, a donné primitivement *chieneve, d’où chènevière, chènevis. (V. ces mots.) Le mot est fém. en lat, et ce genre, employé par LA. F., est resté dans plusieurs patois; mas le lat. a aussi la forme plus rare cannabum, masc., d’où le genre actuel, attesté dès les XIIIe s.]

Plante herbacée dont la graine est connue sous le nom de chènevis (V. ce mot) et dont la tige fournit des filaments qui servent à faire le fil, la toile, etc.

CHÈNEVIÈRE [Ètym. Dérivé de cheneve, forme franç, très ancienne de chanvre, § 115. 1226.] Terrain où l’on a semé du chanvre.

CHÈNEVIS XIIIe Graine de chanvre, dont se nourrissent les petits oiseaux. Huile de chenevis.

CHÈNEVOTTE XVe S. Partie ligneuse d’une tige de chanvre dont on a separé la partie filamenteuse, et qui sert dans les campagnes à chauffe les fours, à faire des allumettes.

CHÈNEVOTTER 1762. (Agricult.) Pousser en tiges grêles, minces comme la chènevotte.

Hatzfeld, Adolphe (1824-1900), Dictionnaire général de la langue Française du commencement du XVIIe siècle à nos jours. Tome Premier (A–F). Arsène Darmesteter, author. Paris: Librairie Ch. Delagrave, 1926. Gallica

1330

oiseaux pris dans le chanvre
Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits
F. 1-54. Isopet II de Paris [traduction anonyme du Novus Aesopus d’Alexandre Neckam]. XIVe s. (2e quart)
« Ci commencent les fables Ysopet et les moralités qui sont dessus (rubr.) ». « Qui cest livre vodra entendre …-…Pour moi et pour ma mere. / Requies sit eis. Amen ». « Expliciunt les fables Yzopet et les moralitez dessus ».
f. 20v : oiseaux pris dans le chanvre
F. 20v-22. « Comment l’aronde requist aus oisiaus / Qu’il mangassent chanvre que .I. vilain semoit (rubr.) ».

Isopet II de Paris [traduction anonyme du Novus Aesopus d’Alexandre Neckam]. Manuscrit, 1330-1350. f. 20v. Gallica

1330. Famille de cannabis

C.N.R.S.
Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500)
Famille de cannabis

29 lemmes pour 29 articles

CANEBUISE, subst.
GD : canebuise ; FEW II-1, 212a : cannabis]
“Grain de chanvre” : A che jour, a Jakemin, pour rekeudre pennes de caperons Williaume et pour canewise, XVII deniers. (Arch. Nord, 1332, B 3275, f° 3, IGLF). A Jehan Carteron, pour II boistes de canevuyse pour les oyziauls de le grande gayole… (Arch. Nord, 1369, B 15275, f° 52, IGLF). De Aussiel de Troville, pour avoir accattet a payer a certain jour VII rasieres de canebuise a Jehan Ylevant et payet d’argent secq et incontinent le revendue a Colart Varlut en prendant prouffit, XX livres. (Arch. Nord, 1424, B 10384, f° 22, IGLF).
3 formes différentes pour 3 occurrences
canebuise 1
canevuyse 1
canewise 1

CANEPIN 2, subst. masc.
[*FEW II-1, 210a-b : cannabis]
“Chanvre” : …une corde de canepin necessaire a mettre les pierres de molin en leur lieux (Doc. 109. In : Y. Coutant, Terminol. du moulin médiév. dans le comté de Flandre, 1994, 528).

CANEVAS, subst. masc.
[T-L : chanevaz ; GD : chanevas ; GDC : chenevas ; AND : canevas ; DÉCT : chanevaz ; FEW II-1, 212 : cannabis ; TLF V, 106b : canevas]
A. – DRAP. “Grosse toile écrue servant à divers usages” : …le dit roi est tenuz de paier as avant dites bones gentz pour toutes manieres de custumes, poinctages, pavages, cariages, pactages et touz autres custages, sauf que les dites bones gentz troveront canevace pour les sarplers d’enpacker les dites leines (Hist. industr. drapière Flandre E.P., t.3, 1340, 775). Messire Guillaume Hervil, prestre, de Saint Walery, pour canevas a ensevellir 30 hommes mors en la fosse de Cayeu par force de temps (Clos galées Rouen M.-C., t.2, 1347, 124). …pour 8 aunes de chanevaz à mettre entre l’escarlate et ladicte toille cirée, 40s. p. (…) pour 3 onces de soye à brouder les fenestres, les pendans, les mantellez et les las de ladicte litière, 1 escu et demi. (Comptes argent. rois Fr. D.-A., I, 1352, 297). Cannevaz pour mettre toutes ces espices et les apporter (Comptes argent. rois Fr. D.-A., I, 1359-1360, 220). …et soit coverte la charongne au lonc de .II. aunes de canevach cru ou d’une toile noire et d’une petite flossaie (MÉZIÈRES, Test. G., 1392, 309). À Thomas l’Armeurier, qu’il avoit paié, pour VI aulnes de channevax pour enveloper les plates et XIIII aulnes d’estamine pour enveloper le harnoiz de jembes, bacinez et autres choses pour ledit voyaige : 1 fr. 10 s. t. (RAPONDE, Comptes La Trémoille L.T., 1396-1406, 38). Pour deux estrilles, deux pignes, deux sacs de chanevas et deux espoussettes pour lesdiz chevaulx, pour tout, monnoye dicte 22 solz 6 deniers (Comptes Etat bourg. M.F., t.1, 1420, 409). …trois cens trente aulnes de cannevach de Vitry, dont a esté faicte une couverture pour couvrir ledit pavillon (Comptes Lille L., t.1, 1454-1455, 434). Quant le roy et la royne furent assis, et Madame au bas bout de la table, le maistre d’ostel print sur le chenevas du pain la serviecte et sur l’espaule de Jehan de Saintré la mist. (LA SALE, J.S., 1456, 68). ..toille, canevatz et chanvre pour faire des bas de jacquectes tirées (Comptes roi René A., t.2, 1478, 66).
B. – P. méton. “Pièce de cette toile, torchon” : Robinète la cousturière, pour seigner et découper LVI nappes, XVI chanevaz, et pour seigner IXxx et XIIII touailles en Panneterie, tout à la fleur de liz et à l’espée, 3 d. p. pour pièce (Comptes hôtel rois Fr. D.-A., 1380-1381, 63). …quatre douzaines de chanevas (Comptes Lille L., t.1, 1412, 89). Item ung petit paire de draps à lit. (…) Ung autre paire vieux. (…) Ung autre paire de canevas. (Invent. test. Surreau Foville F., 1465, 227).
10 formes différentes pour 13 occurrences
canevace 1
canevach 1
canevas 2
canevatz 1
cannevach 1
cannevaz 1
chanevas 2
chanevaz 2
channevax 1
chenevas 1

CANEVASSERIE, subst. fém.
[GD : chanevacerie ; FEW II-1, 212b : cannabis]
“Ensemble du linge de corps, de table, de lit” : Somme de cendaux, draps d’or, chanevacerie, pennes et fourreures, chambres et coffrerie, pour le Roy, monsgr le Dauphin, monsgr le duc d’Orliens et leurs compaignons, 5569l. 19s. 11d. p. (Comptes argent. rois Fr. D.-A., I, 1352, 122). Chenevacerie, pour le Roy nostresire, et pour monseigneur le duc de Thouraine, baillée et délivrée aux gens et officiers desdiz seigneurs (Comptes argent. rois Fr. D.-A., II, 1387, 150).
2 formes différentes pour 2 occurrences
chanevacerie 1
chenevacerie 1

CANEVE, subst.
[*FEW II-1, 212a : cannabis]
“Chanvre” : De Mickiel Simon, pour avoir livret caneve au cordier de igne a un trop petit pesiel… (Arch. Nord, 1408, B 10362, f° 11, IGLF).

CANNABASSEUR, subst. masc.
[GD : canabasseur ; *FEW II-1, 212b : cannabis]
“Marchand, fabricant de grosses pièces de chanvre”
REM. Doc. 1451 (Pierre Lauri, marchant canabasseur, demourant en la ville de Besiers) ds GD I, 775a ; même ex. ds ds DU CANGE II, 70c, s.v. canabaserius. Le FEW a des formes proches, canebassier, cannabassier, avec le même sens.

CANVRETTE, subst. fém.
[*FEW II-1, 210b : cannabis]
“Chènevière” : Ung jour la dame a son vergier Fist un poure homme herbegier, Auquel bailla une aloette ; A son anel le va lyer, Mais l’oisel par son fretiller S’envolla dessus la canvrette. (Percef. lyr. L., c.1450 [c.1340], 61).

CHAINLE, subst. fém.
[GD : chainle ; *FEW II-1, 210a : cannabis]
“Chanvre”
REM. Doc. 1460 (Metz, les poids de la lenne et de la chainle) ds GD II, 34c. Le FEW enregistre des formes chanle, chanb(l)e.

CHAMBREE, subst. fém.
[GD : chambree ; *FEW II-1, 210a : cannabis (?) (?)]
[Mesure pour les fourrages]
Rem. Doc. 1377 (une chambree de fuerre) et 1395 (deux chambrees de foing) ds GD II, 45c. Forme chambre pour chanvre, cf. FEW.

CHANEVASSIER, subst. masc.
[T-L : chanevacier ; GD : chanevacier ; FEW II-1, 212b : cannabis]
“Fabricant, marchand de grosses pièces de chanvre” : …tous cannevaciers forains doibvent de chacune pièce de toille qu’ils vendent ou acheptent en gros à Paris, si elle passe cinq aulnes, maille de coustume (Mét. corp. Paris L., t.3, 1396, 66).
REM. Doc. 1397 (baudroiers, lingieres, chanevaciers, cordiers) ds GD II, 53c.

CHANEVEL, subst. masc.
[GD : chanevel ; FEW II-1, 211b : cannabis]
“Botte de chanvre”
REM. Doc. 1332 (un boissel de chenneveux) ds GD II, 54a.

CHANEVIER, subst. masc.
[GD : chanevier ; *FEW II-1, 211b : cannabis]
“Graine du chanvre, chènevis” : …pour appareil du grant bacin et refroidissouer, pour mettre vin, pour ce, XXV s. ; pour chaneviers et autres choses pour les oiseaulx, XII s. VI d. ; pour laict pour le petit bischeteau, II s. VI d. (Comptes roi René A., t.3, 1451, 266).

CHANEVOUZE, subst. fém.
[GD : chanevouze ; *FEW II-1, 210b-211a : cannabis]
“Champ de chanvre”
REM. Doc. 1348 (Metz, linouze, chainevouze) ds GD II, 54a.

CHANVÈNE, subst. masc.
“Chanvre” : Pour certaine quantité de cordes de chanvene (…) pour le fait du molin de Monseigneur… (Arch. Nord, 1392, B 5170, f° 14, IGLF).

CHANVRE, subst. masc.
[T-L : chanvre ; GDC : chanvre ; AND : cambre1 ; DÉCT : chanvre ; FEW II-1, 210a : cannabis ; TLF V, 517a : chanvre]
A. – “Plante cultivée pour ses fibres textiles, chanvre” : …Et comme il ha, en tout ouvrage De chanve, de lin et de lainne, Deliés filz c’om file a grant painne (MACH., Voir, 1364, 774). Reste quil doit XIIII sextiers mine V b. daveine (…) et XIIII balences de chanvre. (Compte Navarre I.P., 1367-1371, 419). …ilz arresterent en la rue de la Vennerie, en l’ostel d’une femme qui serence chanvre (Reg. crim. Chât., II, 1389-1392, 345). Item contre totes puisons et mals venins, cuisies laite de chievre dusqu’a la tierch part avuec semence de chenne et en boive III jourz ; sou chiel n’a si bone medicinne fours triacle. (Méd. nam. H., c.1400-1500, 196). Item a rancle de saingnie, loyes deseures des fuelhes de collès et .I. drap de chenne molhiet en eawe, et meteis sus. (Méd. nam. H., c.1400-1500, 197). Autre science plus necessaire trouva ceste fenne : car ce fu celle qui premierement trouva la maniere du lin et chanvre cultiver, ordener, roir, teiller, cerencer, et filler a la quenoille et faire toilles (CHR. PIZ., Cité dames C., c.1404-1407, 753). Sire, on me pende parmy le col A corde de chanvre ou de lin, Se tout aussy comme .I. belin Ne les vous amaine en presence ! (Mart. st Pierre st Paul R., c.1430-1440, 139). Il tremble, je croy qu’il a peur Ve cy ung tres bon cacheron De canane [l. canve] de tres bonne [l. de bonne] façon, Pour estraindre parmi ses bras [Lecture canve proposée par E. Stengel ds Z. fr. Spr. Lit. 17/2, 1895, 233. Cf. aussi G. Roques ds R. Ling. rom. 49, 1985, 502]. (MARCADÉ, Myst. Pass. Arras R., a.1440, 166). …pour une maincorde de kenneve a sakier amont les sacqs (Doc. 1443. In : Y. Coutant, Terminol. du moulin médiév. dans le comté de Flandre, 1994, 736). …et fault eviter l’air prochain des eaues ou sont mis le lim et le chenesve pourry, car l’air mefait fait les esperis infect en corps humains et tresgrandement nuyt au cerveau. (Rég. santé corps C., 1480, 45).
[Fém.] : …ladite voisine disoit que la femme de sondit maistre avoit prins de la chanvre avec la sienne aux champs (Lettres rémission René II P.D.H., 1499, 351).
Au plur. : Fera couvertures de gros bourdons de la laine, et des fermiers fera coultiver des chanvres que toilleront et fileront a ces soirs en yver ses chamberieres pour faire des grosses toilles. (CHR. PIZ., Trois vertus W.H., c.1405, 156).
Rem. Forme régionale charbe (Saintonge) : …un cable, du poiz de XVIII lib., de bonne charbe (Doc. 1332. In : P. Rézeau, R. Ling. rom. 78, 2014, 410). [Archives hist. de la Saintonge et de l’Aunis] Un coing de charbe, avalué a dix souls V deniers … (Doc. 1397. In : P. Rézeau, R. Ling. rom. 78, 2014, 412). [Archives hist. de la Saintonge et de l’Aunis]
B. – P. méton. “Tissu fait avec cette plante” : …force laines fines et moyennes, cotons, chanvres et fil de toutes sortes (LA VIGNE, V.N., p.1495, 262).
8 formes différentes pour 15 occurrences
canve 1
chanve 1
chanvre 5
chanvres 2
charbe 2
chenesve 1
chenne 2
kenneve1

CHANVRIERE, subst. fém.
[FEW II-1, 210b : cannabis ; TLF V, 517b : chanvre (chanvrière)]
“Champ où l’on cultive le chanvre” : …chanvriere et saucy, seant desoubz le moustier de Vendy (Trés. Reth. L., t.3, 1429, 93).

CHARBAUT, subst. masc.
[GD : charbaut ; FEW II-1, 211a : cannabis]
“Chènevière”
REM. Doc. 1385 (Vienne, un charbaut contenant en soy un journau de terre) ds GD II, 66c

CHÈNEBUIE, subst. fém.
[GD : chennebuie ; *FEW II-1, 212b : cannabis]
“Chanvre”
REM. Doc. 1440 (Lille, kennebuye) ds GD II, 103b. Cf. aussi T-L II, 346, chenevuis.

CHÈNEVAGE, subst. masc.
[GD : chenevaige ; FEW II-1, 213a : cannabis]
Région. (Lorraine) “Toile de chanvre” : Et la cité le fournissoit de foing, d’estrain, de blocquel de saipin, de charbon, de chandoille, d’eawe, de chenevaige, de lit et de tous autres meisnaiges nécessaires en lez chambres et en la cusine. (AUBRION, Journal L., 1492, 315).

CHENEVÉ, subst. masc.
[GD : chenevé/chenevet ; *FEW II-1, 211a : cannabis]
“Champ où l’on cultive le chanvre, chènevière”
Rem. Doc.1349 (Doubs, chenevei, chenevez) ds GD II, 103c. Ou est-ce chenevet ?

CHÈNEVEUX, subst. masc.
[GD : cheneveux ; FEW II-1, 211b : cannabis]
“Graine de chanvre (donnée en nourriture aux oiseaux), chènevis” : À Mace Prévost – pour trois cacques de froment, de mil et de cheneveux, deux boisseaux de ligniz et de navisse, qu’il a baillez et livrez durant ledit mois, pour donner aux petits oiseaulx estans en la grant caige (Comptes hôtel rois Fr. D.-A., 1478-1481, 390).
Rem. Doc.1414 (chenneveux) ds GD II, 104a.
2 formes différentes: cheneveux, chenneveux

CHENEVIERE, subst. fém.
[T-L : cheneviere ; GDC : cheneviere ; FEW II-1, 210b : cannabis ; TLF V, 655a-b : chènevière]
“Champ où l’on cultive le chanvre, chènevière” : Bien senblent tés figures qu’a la fie fait on Fetis es chennevieres pour fuïr ly coulon Et c’on mest es garniers ou en hault sus maison. (Renaut Mont. B.N. V., c.1350-1400, 235). Le sucre il croist es champs et ressemble que se soient chevenieres (CAUMONT, Voy. N., p.1420, 70). …pourquoy nous ne combatons et que nous ne chaçons les ennemis comme l’en chaceroit les coulons d’une cheneviere ou d’une pesiere (CHART., Q. inv., 1422, 29). Cheneviere : canabetum (Gloss. gallico-lat. M.M., c.1425-1450, 191). …eulx et ceulx de leur dicte compaignie ont fait tous les maulx, dommages et oultrages qu’ilz ont peu : c’est assavoir, de destruire et abatre entièrement molins, fours, pressouoirs et maisons tout par le pié, fauchier chenevières, lins et tous blefs et ardoir le tout, destruire et ardoir vaisseaulx à faire vin et tous autres utensilles d’ostel, s’ilz n’ont ce d’argent qu’ilz demandent (ESCOUCHY, Chron. B., t.3, Pièces justif., 1444, 92). Ostez vostre coq de nostre cheneuiere Cest bien chante par dieu le pere (Myst. st Martin K., a.1500, 274).
Rem. Autres ex. de gloss. et doc. 1380 (cheneverez) ds GDC IX, 67b. GUILL. DIGULL., Pèler. vie hum. S., c.1330-1331, v.8380, ds T-L II, 345 (en la chaneviere).
7 formes différentes: chaneviere, cheneuiere, cheneverez , cheneviere, chenevières, chennevieres, chevenieres

CHÈNEVIN, subst. masc.
[FEW II-1, 213a : cannabis]
“Chanvre” : …vint livres de fil de lin et de chenevin (Doc. 1406. In : P. Rézeau, R. Ling. rom. 78, 2014, 411). [Archives hist. de la Saintonge et de l’Aunis] Item, aulne de toile de meslinge à la grant laine, oultre IIII. s. II. d. Item, à la petite laine III. s. IIII. d. Item, aulne de toile d’estoupes à la grant laine, faicte en chenevin, oultre II. s. VI. d. (Doc. Poitou G., t.7, 1422, 388). …touailles de chenevin, de la façon d’Ausserre (Doc. Poitou G., t.7, 1422, 389).

CHÈNEVIS, subst. masc.
[T-L : chenevuis ; GD : chenewis ; GDC : chenevis ; FEW II-1, 211b : cannabis ; TLF V, 655b : chènevis]
A. -“Graine de chanvre (dont se nourrissent les oiseaux et qui fournit de l’huile bon marché)” : …et que elle ne lavast point ses mains (…) prenist du chenevis et espandist au devant d’elle plain poing (Reg. crim. Chât., II, 1389-1392, 281). …elle fist un cerne entour li, et, celi cerne ainsi fait, se mist ou milieu, auprès d’elle ledit chenevuys et eaue benoite (Reg. crim. Chât., II, 1389-1392, 301). Premierement quiconques vouldra estre huillier a Paris, estre le pourra, pour tant qu’il sache faire le mestier, c’est assavoir l’huille de noix, chenevis et de navette, de pavot, d’olives, de pignons et d’autres graines (Mét. corp. Paris L., t.1, 1396, 549). A Jacquet Saulnier, garde-harnois, pour avoir et acheter du blé, millet, chanevis et navette pour les turtes et petits oiselez de la royne, le 7 mars, 4 sous. (CHART. J., Chron. Ch. VII, V., t.3, Fragm. hist., 1416, 275). …la livre de beurre sallé [valloit] IIII solz parisis, huyle de noix XVI blans, celle de chenevis autant (Journal bourgeois Paris T., 1438, 342).
B. -“Champ où l’on cultive le chanvre” : …Gille Plasch, qui a prins à ferme deux chenivis contenans deux mesures et demi de terre ou environ, gisans sur l’avoir le conte au polre d’Anser, le terme et espace de neuf ans (Comptes Etat bourg. M.F., t.3, 1416-1418, 60).
4 formes différentes: chanevis, chenevis, chenevuys, chenivis

CHÈNEVOIR, subst. masc.
[GD : chenevoir ; *FEW II-1, 212a : cannabis]
“Chènevis”
REM. Doc. 1460 (chevenoir) ds GD II, 114a (article mal classé).

CHENEVOTTE, subst. fém.
[T-L : chenevote ; GDC : chenevotte ; FEW II-1, 211a : cannabis ; TLF V, 655b : chénevotte]
“Partie ligneuse du chanvre (ce qui reste de la tige quand on en a ôté la filasse), qui sert de combustible à défaut de bois” : Ainsi le bon temps regretons, Entre nous [la belle Heaumière et les autres], povres vielles soctes, Assises bas, a crouppetons, Tout en ung tas, comme peloctes, A petit feu de chenevoctes, Tost alumees, tost estainctes… Et jadiz fusmes si mignotes ! Ainsi en prent a maint et maintes. (VILLON, Test. R.H., 1461-1462, 57).
REM. Doc. XVe s. (chenevote) ds T-L II, 346.
2 formes différentes: chenevoctes, chenevote

CHENEVOUX, subst. masc.
[GD : chenevoux ; *FEW II-1, 212a : cannabis]
“Chènevis ?”
REM. Doc. 1337 (chevenoux) ds GD II, 114a-b (article mal classé).

CHENEVRAL, subst. masc.
[GD : chenevral ; FEW II-1, 211a : cannabis]
“Champ où l’on cultive le chanvre” : …ledit supliant s’en alla en ung chenevreau près nostre ville de Poictiers, avec ung nommé Meriache et autres compaignons estans audit chenevreau, lesquelz jouoient aux quilles, et illec se print à jouer avec eulx. Et ainsi qu’ilz jouoient, y arriva Guillot Varlet, qui pareillement se print à jouer, et ainsi qu’ilz eurent getez leurs copz, ils furent parelz en jeu, tellement qu’il y eut rapeau (Doc. Poitou G., t.12, 1478, 224).
Rem. Doc.1322, XIVe s. (cheneveraut), 1419 (chenevraut) ds GD II, 104a.
3 formes différentes: cheneveraut , chenevraut, chenevreau

CHÈNOVE, subst.
[GD : chenove ; FEW II-1, 210a : cannabis]
“Chanvre (ou toile de chanvre ?)” : …20 manesveaulx de chenove. (Invent. mobiliers ducs de Bourg. P., t.1, 1363, 3). 3 batherons de chenove (Invent. mobiliers ducs de Bourg. P., t.1, 1363, 4).
REM. Cf. Romania 38, 1909, 450 (P. Meyer). Doc. 1339 (Langres) ds GD II, 104c. Toponyme ds Comptes Etat bourg. M.F., t.2, 161, 2235, 660, 699, 810, 816.

Le Dictionnaire du Moyen Français. s.v. chanvre. Le Dictionnaire du Moyen Français

1491. Canapis (text)

Canapis (text)

Meydenbach, Jacob, Ortus Sanitatis. Mainz, Germany: 1491. 39v. University of Cambridge Digital Library

1501

Titre(s) : [Fig. folio xlvi : histoire naturelle des plantes. Le canabis ou chanvre.] [Cet ouvrage reprend les planches de l’Hortus Sanitatis de Strasbourg, de 1498]

Cuba, Joanne de (14??-1504?), Le Jardin de santé. Paris: Antoine Vérard, 1501. Bibliothèque National de France

1525. La Grande Maîtress

p 28. Il est probable que la Grande Maîtresse a subi un radoub, peut-être entre la fin 1529 et 1531. Le carénage précédent a eu lieu en 1525 et Jerôme Doria fait état d’une périodicité de quatre ans pour les carénages. Un document mon daté de la Bibliothèque Impériale de Vienne confirme l’opération: «Lettres permettant à frère Claude d’Ancienville, chevalier de Sant-Jean de Jerusalem, commandeur a’Auxerre, capitaine de la nef la Grande-Maîtresse, d’acheter en Dauphiné et en Provence les bois et cordages nécessaires au radoub de ladite nef, et de les faire mener à Marseille par l’Isère, le Rhône et la Durance sans payer de droits.»

p. 10. Ce fut une grande perte, car cette nef étrait grosse comme une caraque, bien garnie en artillerie au point qu’il n’existait pas à Gênes de semblable caraque.

Le nom de Grande Maîtresse, ou plus préciseément cette appellation, indique que le bâtiment appartenait, ou, plus exactement, avait appartenu, au Grand Maître de France. Il est mentionnée pour des opérations que se déroulent en Méditerranée en 1520, 1525, 1526, 1528 et 1529.

Les inventaires effectués au moment de la vente montrent que la nef était équipée d’une puissante artillerie de bronze, dont plusieurs pièces sont ornées de la salamandre, par exemple: Plus troys couleuvrines bastardes à la samalandre, poysans iii milliers ou environ chacun… Plus deux coulouvrines moyeners à la salamandre, pesans chacune xii quintaulx ou environ.

p. 172. Ancienville, Claude d’ — seigneur de Villiers. Chevalier et commandeur de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem, fils de Claude d’Ancienville et d’Andrée de Saint-Benôit, frère d’Antoine et de Jacques d’Ancienville.

Il quitte Rhodes assiégée à bord de son brigantin le 18 juin 1522, apportant à François Ier un message du grand-maitre Villiers de l’Isle Adam qui demande des secours d’urgence.…. En juillet 1527, il est commandant de la Grand Maîtress, qui est à Toulon…. En 1530, des lettres royales l’autorisent à acheter en Dauphiné et en Provence les bois et cordages nécessaires au radoub de la nef et de les faire mener à Marseille.

p. 175. Ancienville, Jacques d’, seigneur de Révillon. Il reçoit, en juin 1537, la permission de faire conduire de Lyon à Marseille sans payer aucun droit de travers, péage et autres, pour l’armement des galères dont il a la charge, 250 quintaux de fer… 500 quintaux de cordages or chanvre….

[Historiquement, le quintal équivalait généralement à 100 livres. Le quintal français ancien valait 100 livres anciennes, donc environ 48,951 kilogrammes. Il faut toutefois noter que le quintal était encore utilisé au début des années 1960 à Strasbourg (67) pour mesurer 50 kg de charbon acheté en sacs.

Les poids de marc constituent un système d’unités de masse utilisé depuis le milieu du xive siècle et sous l’Ancien Régime français. Les poids de marc moyens sont organisés par la pile dite de Charlemagne, un ensemble de pierres de balance en godets s’empilant l’une dans l’autre d’un poids total de 50 marcs, soit environ 12¼ kilogrammes.

La livre des poids de marc ou livre de Troyes, attestée depuis le début du xiiie siècle, valut dans tout le royaume à partir de 1266. La livre de Troyes est en principe douze dixièmes de la livre carolingienne. Cette dernière fut instaurée en 793 par Charlemagne.]

Guérout, Max, La Grande Maîtresse, nef de François Ier. Recherches et documents d’archives. Bernard Liou, author. Paris: Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001. Google Books

1530

Gallica Français 5503 (cote) • Anc. 9901(10) • Colbert 2949

Recueil d’actes de Louis XII, François Ier, Henri II, dauphin, etc. Copies dépourvues le plus souvent des noms et des dates donnés par les originaux, ce recueil ayant été formé par un secrétaire du roi, « Clausse », dont la signature est à la fin dudit recueil, pour lui servir de formulaire. On ne signalera ici que les actes dont la copie présente quelque intérêt par les noms des personnes objets de ces actes.

2 Actes de FRANÇOIS Ier.
foliotation : Fol. 50-51
v Le roi déclare qu’il a permis au « frère Claude d’Anssienville [d. 1550], chevalier de S. Jehan de Jherusalem, commandeur d’Auxerre », capitaine de « la nef appellée la Grant Maistresse », de prendre et lever ès pays de Dauphiné et Provence « tout le boys, fer, cordaige, chanvre, estouppes et aultres choses qui sont necessaires pour rabiller, garnir et munir lad. nef ».

[cf. Guérout, La Grande Maîtresse]

Actes de François Ier. Gallica Français 5503 (cote). Fol. 50-51. Bibliothèque National de France

1544

Cannabis, Du chanvre. Cannabis erratica similis est Eupatorio.

Estienne, Charles (1504–1564), De Latinis et Graecis nominibus arborum, fruticum, herbarum, piscium & avium liber : ex Aristotele, Theophrasto, Dioscoride, Galeno, Nicandro, Athenaeo, Oppiano, Aeliano, Plinio, Hermolao Barbaro, et Joanne Ruellio : cum Gallica eorum nominum appellatione. Paris: 1544. p. 20. Gallica

1547

Cannabis
Entry for Cannabis

Ruel, Jean, De medicinali materia, libri sex [Dioscorides]. Lugduni (Lyon): Theobeldum Paganum, 1547. p. 298. Internet Archive

1605

La forte odeur du Chanvre chasse de la terre plusieurs herbes nuisibles, & besteletes importunes.

de Serres, Olivier (1539-1619), Théâtre d’Agriculture. Paris: A. Savgrain, 1605. p. 731. Gallica

1606

chanvre
du Chanvre, Cannabis.
Chanvre rouy, Cannabis fluuiata.
Corde faicte de chanvre, Funis cannabinus.

chanvriere
Chanvriere, pour lieu semé de chanvre, autrement Cheneviere.

Nicot, Jean (1530–1600), Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne. Paris: David Douceur, 1606. Gallica

1606

du Chanure, Cannabis.
Chanure rouy, Cannabis fluuiata.
Corde faicte de chanure, Funis cannabinus.
Chanuriere, pour lieu semé de chanure, autrement Cheneuiere.

Nicot, Jean (1530–1600), Thresor de la langue françoyse, tant ancienne que moderne. Paris: David Douceur, 1606. Gallica

1611

Chanure: m. Hempe.

Cotgrave, Randle (–1634?), A Dictionarie of the French and English Tongue. London: Adam Islip, 1611. PBM

1694

CHANVRE. s. m. Plante qui porte le chenevis, & de l’escorce de laquelle on fait de la filace. Chanvre femelle. chanvre masle. cueillir du chanvre. faire roüir le chanvre.
Il signifie plus particulierement, L’ escorce de cette plante. De beau chanvre. tiller, broyer le chanvre. fil de chanvre. toile de chanvre.

Dictionnaire de L’Académie française (1st Edition). 1694. Dictionnaire vivant de la langue français

chanevace

Chanevace, adj., de chanvre:

Estoupes chanevaces. (S. Graal, ms. Tours 915, f° 73).

Chanevacerie, s.f., est le titre que portent, dans les Comptes de l’Argenterie,les châpitres concernant le linge, tant le linge de corps que le linge de table et de lit, et aussi le linge d’église:

Somme de cedaux, draps d’or, chanevacerie, pennes et fourreures, chambres et coffrerie pour le roy, 5569 l. (1352, Compty. de La Font, ap. Douet d’Arcq, Compt. de l’Argent, p; 122)

Chanevacier, chann., chenevacier, s.m., marchand ou fabricant de la grosse toile de chanvre appelée canevas, chanvrier:

Quoiconques est channevaciers a Paris, il doit le chacune toile qu’i vent ou achate en gros obole de costume (Est. Boil., Liv. des mest., 1er p., LIX)

Chanevas, -az, chanvenas, s.m., étoffe de chanvre:

Il ne sont vestus que de peaus de bestes et de chanevaz (Liv. de Marc Pol, CXIV)

Et si desplait a tous communement
Tel chief fourré de’estrange chansenas.
(E. Desch., Atours des dames.)

Godefroy, Frédéric (1826–97), Dictionaire de l’ancienne langue Française. Et du tous ses dialectes du IXe au XVe Siècle. Paris: Vieweg, Libraire-Éditeur, 1881-1902. Lexilogos – Dictionnaire ancien français

chanvre

“Chanvre” not found in Dixon’s concordance [in the online version which is missing the page it would be on].

Dixon, J. E. G., Concordance des Oeuvres de François Rabelais. Genève: Droz, 1992. Google Books

Chanvre in Rabelais

Par example, use recherche sir les occurrences de “chanvre” et de “lin” necessitée par l’étude du pantagruélion dans le Tiers Livre a permis de faire les constats suivante:
1. le mot chanvre ne figure jamais dans le corpus — sauf sous la forme “chènevis” dans un autre contexte — alors u’il s’agit bin de ui sur le plan de la référence.
2. la recherche dans l’ensemble de la base (traitée également par Hyperbase) a permis de trouver chez Louis Le Roy (1575), à côté de lin et dans une liste botanique, le forme chembre qui n’aurait pas paru en relation avec la plante en l’absence de contexte. À partir de là, il faut naturellement rechercher toutes les graphies chembre/chambre dans les autres corpus.

Demonet, Mare-Luce, “Littérature de la Renaissance et informatique. Sur les Électro-chroniques de Rabelais.” In Smith, Paul J., Editer et traduire Rabelais à travers les âges. Amsterdam: Rodopi, 1997. Google Books

chanvre

CHANVRE
A.− Plante dicotylédone de la famille des Cannabinées, cultivée dans les régions tempérées pour ses fibres textiles.
SYNT. Chanvre d’eau, chanvre sauvage; essence, extrait, huile, vapeur de chanvre; broyer, cueillir, tiller ou teiller le chanvre.
Matière textile fournie par le chanvre et préparée par rouissage et teillage :

Dans mon allée habite un cordier patriarche,
Vieux qui fait bruyamment tourner sa roue, et marche
À reculons, son chanvre autour des reins tordu.
 —Hugo, Les Contemplations, t. 2, 1856, p. 25.

Cravate de chanvre. Cf. cravate.
B.− En partic. Chanvre indien. Chanvre cultivé dans les régions chaudes et dont les fleurs sont utilisées pour préparer le hachisch. 

le chanvre avec lequel on fait la pâte de hachich était cette même herbe qui, au dire d’Hippocrate, communiquait aux animaux une sorte de rage et les portait à se précipiter dans la mer. —Nerval, Voyage en Orient, t. 2, 1851, p. 186.

Étymol. et Hist. 

1089 chenvre « plante textile » (Cart. Noy., 213 ds Bambeck, p. 122);
1172-75 chanve (Chr. de Troyes, Chevalier Charrette, éd. W. Foerster, 5552);
1268-71 chanvre (E. Boileau, Métiers, 148 ds T.-L.);
1690 (Fur. : Chanvre, signifie aussi simplement, la filace et le fil. Il a vendu tant de chanvre, de la toile de chanvre). D’une forme altérée du lat. class. cannabis, fém., lui-même empr. au gr. κ α ́ ν ν α ϐ ι ς; comme en gr. et en lat. le mot présente en lat. médiév. des formes des deux genres : canava (Capit. reg. Franc., 32, 62 ds Mittellat. W. s.v., 171, 2), canapus (Oribase ds André Bot.) d’où l’hésitation sur le genre ds T.-L., Godefroy. Compl.,cependant on ne relève pas le masc. av. le xvies. ds Godefroy. Compl.; le seul masc. relevé en 1270 étant d’orig. picarde; le fém. est encore attesté par La Fontaine (ds Littré) et est demeuré dans de nombreux dialectes (FEW t. 2, p. 213b). 

1. Chanvreur<, subst. masc. Ouvrier qui travaille le chanvre. 

Ce qui achevait de me troubler la cervelle, c’étaient les contes de la veillée lorsque les chanvreurs venaient broyer 
—G. Sand, Histoire de ma vie,t. 3, 1855, p. 45

2. Chanvrier, ière, adj.,subst. Celui, celle qui prépare le chanvre. Emploi adj. Relatif à l’industrie du chanvre. − fém.  1resattest. 1680 (Rich.); 1826 (Mozin-Biber t. 1)

3. Chanvrière, subst. fém.Terre où l’on cultive le chanvre. Se dit parfois pour chènevière. − Les dict. indiquent que chènevière est plus usité.− 1reattest. 1429 (Trésor des Chartes du Comté de Rethel, III, 93, 28 ds Morlet 1969).


Chènevière

Chènevière — fields where chanvre is grown — appears in a number of place names, personal names, and structures throughout France.

Wikipédia (Fr.). Wikipédia

Chènevière

Une chènevière est un champ de chanvre, un terrain semé de chènevis. Du chanvre, on tire la filasse qui sert à fabriquer du tissu.
Dans le Nivernais, la chènevière est généralement de dimensions réduites (autour de 200 m2) et est situé près des maisons. En effet, cette culture nécessite des soins quotidiens et une surveillance constante (les oiseaux sont très friands de chènevis, la graine du chanvre).
De nombreux synomymes régionaux ou locaux existent pour désigner une chènevière. En Provence, par exemple, elle est appelée canebière.

Wikipédia (Fr.). Wikipédia

hanf

Bedeutungen:
[1] Botanik: Gattung der Blütenpflanzen mit handförmigen Blättern und langen, zähen Fasern (Cannabis)
[2] Botanik: der Nutzhanf Cannabis sativa
Herkunft: seit etwa 900 belegt; mittelhochdeutsch han(i)f, hanef, althochdeutsch hanaf, hanef, urgermanisch *χanapiz, aus vielleicht dem Skythischen entlehnt, davon auch altgriechisch kánnabis (κάνναβις), [Wikipedia], deren Vorderglied verwandt mit ossetisch gæn(æ) ‚Flachs‘, hotansakisch kaṃhā ‚Hanf‘ ist [Wikipedia].

Wiktionary (De.). Wiktionary

chanvre

CHANVRE, s. m. (Hist. nat.) cannabis, genre de plante à fleurs sans pétales, composée de plusieurs étamines soûtenues sur un calice, & stérile, comme l’a observé Cæsalpin. Les embryons sont sur les plants qui ne portent point de fleurs; iis deviennent des capsules qui renferment une semence arrondie. Tournefort, Inst. rei herb.

On connoît deux sortes de chanvre, le sauvage, & le domestique.

Le sauvage, cannabis erratica, paludosa, sylvestris, Ad. Lobel. est un genre de plante dont les feuilles sont assez semblables à celles du chanvre domestique, hormis qu’elles sont plus petites. plus noires, & plus rudes; du reste cette plante ressemble à la guimauve, quant à ses tiges, sa graine, & sa racine.

Le chanvre domestique dont il s’agit ici, est caractérisé par nos Botanistes de la maniere suivante.

Ses feuilles disposées en main ouverte naissent opposées les unes aux autres: ses fleurs n’ont point de pétales visibles; la plante est mâle & femelle.

On la distingue donc en deux especes, en mâle & en femelle; ou en féconde qui porte des fruits, & en stérile qui n’a que des fleurs; l’une & l’autre viennent de la même graine,

Le chanvre à fruit, cannabis fructifera Offic. cannabis sativa, Park. C.B.P. 320. Hist. oxon. 3. 433. Rau, hist. 1. 158. synop. 53. Boerh. Ind. A. 2. 104. Tournef. inst. 535. Buxb. 53. cannabis mas. J. B. 3. P. 2. 447. Ger. emac. 708. cannabina facunda, Dod. pempt 535.

Le chanvre à fleurs, cannabis florigera, Offic, cannabis erratica, C. B. P. 320. 1. R. H. 535, cannabis famina, J.B. 32. 447. cannab. sterilis, Dod. pemp. 535.

Didrot, Denis (1713-1784), Encyclopédie, ou Dictionnaire des sciences, des arts et des métiers. Paris: 1751-72. 3:147. ARTFL Encyclopédie Project (Spring 2016 Edition)

chanvre

Plante dioïque qui porte le chènevis, et de laquelle on tire une filasse abondante. Cueillir, faire rouir, tiller ou teiller, broyer le chanvre. La filasse du chanvre. Fil, toile, corde de chanvre. Fig. Cravate de chanvre, la corde qui sert à pendre un homme. Il mérite une bonne cravate de chanvre. On lui passera au cou une cravate de chanvre.

La Fontaine a fait chanvre du féminin : Il arriva qu’au temps que la chanvre se sème, Fabl. I, 8. Le genre de ce mot a été longtemps incertain ; plusieurs provinces le font encore féminin.

Berry, chanbe, s. f. et la chanvre, et aussi la charbe ; norm. cambre ; picard, canve, s. f. ; wallon, chène ; anc. wallon, chaisne, chainne ; rouchi, kame, kéme ; Saintonge, charve ; provenç. cambre, carbe, cambe, et aussi canebe, canep ; catal. canam ; espagn. cáñamo ; portug. cánhamo ; ital. cánapa ; du latin cannabis et cannabus. Les formes cavene en ancien français et canebe en provençal supposent une faute d’accent dans quelques contrées romanes où l’on disait cannábis au lieu de cánnabis.

Littré, Émile (1801–1881), Dictionnaire de la langue française. Paris: Hachette, 1872-1877. Dictionnaire vivant de la langue française

Posted 31 December 2017. Modified 12 April 2018.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *