Fragment 510071

PREVIOUS

NEXT

than is

Original French:  que ne eſt

Modern French:  que ne est


un certaine usage

Presque tous ces exemples viennent, indirectement peut-être, de Pline, Hist. naturelle, XII, 7; XVI, 10, 26 et 34; XVII, 24; XVIII, 6, 17 et 18; XIX, 6; XXIII, 7; XXIV, 1; XXVII, 2 et 9. N’y manquent que ceux de «la teigne et cuscute», double nom d’une plante parasite, de la férule, de l’ail et de la ciguë. Rabelais développe ici l’idée bien connue des antipathies: outre Pline (surtout XXIV, 1) et Plutarque (Propos de table, II, 7, où l’on trouve l’exemple de l’ail, à côté de celui du figuier et du tareau), voir Erasme, De amicitia; Agrippa, De la philosophie occulte, I, XVII et XVIII; Cœlius Rhodiginus, Antiquae Lectiones, XV, 25; etc. C’est l’une des idées-forces de la conception ancienne de la nature. Peut-être, sur la cuscute, Rabelais se souvient-il des annotations de Manardi sur Mésué; à l’article «De Epithymo», on lit que la cuscute «passim cum lino nascitur, illudque quasi strangulat». Pour la férule, s’il faut être botaniste pour identifier la plante, son antipathie pour les écoliers est bien connue…

François Rabelais [ca. 1483 – ca. 1553]
Le Tiers Livre
Jean Céard, editor
Librarie Général Français, 1995

PREVIOUS

NEXT

Posted 10 February 2013. Modified 27 November 2014.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *